Un concours pour encourager les belles plumes

Des distinctions pour encourager à lire et à écrire. C’est le concept à la fois intéressant et ambitieux des prix littéraires récemment lancés par la Région Casablanca-Settat, en partenariat avec l’Union professionnelle des éditeurs du Maroc (UPEM). Une initiative ouverte à toutes les plumes du Royaume et au mode opératoire précis et rigoureux qui récompensera les gagnants des différentes catégories représentées.

Trois prix seront ainsi décernés aux meilleurs romans ou essais de l’année respectivement écrits en langue française, arabe mais également amazighe. Un quatrième récompensera aussi la meilleure traduction. Chacun d’entre eux porte le nom d’une figure forte et emblématique de la littérature marocaine. Ainsi, le prix littéraire en langue arabe a été baptisé du nom de Mohamed Zefzaf, célèbre auteur écrivant avant tout en dialectal marocain.

Un concours qui s’adresse aux essayistes présentant des écrits sociologiques, anthropologiques ou encore socio-politiques. Mais pas uniquement. La compétition est aussi ouverte aux romanciers, à condition que leurs ouvrages soient publiés avant le 30 novembre prochain.

Pour participer, les candidats intéressés doivent envoyer leurs livres en sept exemplaires ainsi qu’une lettre de candidature au siège de la Région. Pour les départager, un jury a été soigneusement sélectionné. Parmi ses membres, des intellectuels et des professionnels du milieu de la culture.

Au total, près d’une dizaine de spécialistes choisis pour leur éthique et leur impartialité ont été retenus, bien que leur identité ne sera révélée qu’en toute fin de la compétition. Ces derniers devront dans un premier temps lire attentivement les écrits des candidats puis tiendront ensuite des réunions de présélection essentielles pour désigner les finalistes. Les membres seront alors amenés à délibérer et à opérer par vote leur choix final.

La remise des prix se tiendra en marge du Salon international de l’édition et du livre de Casablanca (SIEL) prévu au mois de février prochain. Les quatre gagnants recevront alors la somme de 50.000 DH chacun.

Un évènement qui vise avant tout à valoriser la lecture et l’écriture au Maroc. Un moyen d’expression trop souvent délaissé par l’engouement grandissant pour les réseaux sociaux mais qui s’avère pourtant primordial pour redonner à la culture et à l’éducation leurs lettres de noblesse.

Source : L’Economiste

Related Post

thumbnail
hover

Prévisions météorologiques

Le souffle ardent du Chergui ce samedi Il faut donc s’attendre à un temps chaud sur pratiquement l’ensemble des régions avec d...

thumbnail
hover

« Al Assima » adopte le contrat de...

Les membres du groupement «Al Assima» ont adopté à l’unanimité, récemment, le contrat de gestion déléguée du transport public urb...

thumbnail
hover

Huitième édition de «L’été des Oudayas»

La huitième édition du Festival des arts et de la culture «Été des Oudayas» se poursuit jusqu’au 31 juillet à la Casbah des Oud...

Leave us a comment

logged inYou must be to post a comment.