FITUR 2017 : LE MAROC BOMBE LE TORSE À MADRID

Par Amal Baba Ali

La délégation marocaine présente au FITUR multiplie les rencontres avec les TO et les compagnies aériennes dans l’objectif d’asseoir le royaume comme une destination sûre.

Le Maroc est présent au salon international du tourisme FITUR 2017, qui se tient à Madrid du 18 au 22 janvier. La deuxième plus importante grand-messe internationale dédiée au secteur du tourisme abrite, comme à l’accoutumée, le pavillon marocain. Pour cette 37e édition, le Maroc a misé sur l’originalité en mettant en place un stand revêtant la forme d’une kasbah. L’espace accueille 24 exposants dont des compagnies aériennes (RAM et Air Arabia), les centres régionaux de tourisme, les maisons d’hôtes et des agences de voyage spécialisées dans le tourisme de niche. Concernant l’état de santé de la destination nationale, la délégation marocaine présente au salon affiche un satisfecit presque déconcertant. «Nous pouvons dire que l’année 2016 était un bon cru, et ce malgré le contexte régional tourmenté. La destination nationale a réalisé des performances quantitatives et de grandes avancées sur le plan qualitatif», affirme, le verbe fier, Noureddine El Mamoun, directeur de la Direction digital et nouvelles technologies à l’Office national marocain du tourisme (ONMT).

Le Maroc a-t-il profité de la désaffection qui frappe les marchés voisins, touchés par les attentats terroristes? Le «monsieur digital» de l’ONMT rejette tout opportunisme de la part des autorités marocaines. «Agadir a connu un taux de remplissage important durant le mois de novembre, en grande partie grâce aux arrivées des Allemands. Ces vacanciers ont-ils déserté Antalya pour venir se prélasser sous le soleil gadiri? Fort probable. Or, il ne faut pas sous-estimer le grand travail fourni par le secteur afin ce que ces vacanciers se déplacent chez nous», tranche El Mamoun.

Le responsable marocain croit dur comme fer que la destination nationale a construit sa propre réputation tout en rejetant le fait que le royaume soit une destination de substitution. Concernant le deuxième émetteur de touristes vers le marché national, les cadre de l’ONMT s’accordent à dire que l’Espagne a aun «grand potentiel à exploiter», insiste t-on auprès de la délégation marocaine de l’ONMT au FITUR. La grande fierté de l’équipe de l’ONMT, concernant le marché ibérique, est l’important taux de fidélisation du touriste ibérique, lequel ne se fait pas prier pour revenir découvrir les atouts de son voisin du Sud. «À fin octobre, les arrivées en provenance du marché espagnol étaient en hausse de 2%», indique Mohamed Soufi, délégué à Madrid de l’ONMT. Une performance appréciée par l’organisme national. De ce fait, une vaste campagne de promotion sera lancée cette année sur le sol ibérique. Les plus importants TO et agences de voyages digitaux seront mis à contribution pour atteindre le client espagnol. D’ailleurs, des compagnies aériennes et maritimes ont tenu à être présentes au pavillon national. Idoya Granda, chef de ventes au bureau de RAM estime que le transporteur aérien national est bien perçu auprès des Espagnols. «Nous venons de lancer la destination Bilbao-Casablanca et nous sommes satisfaits du taux d’occupation de cette nouvelle desserte. RAM est, de plus, la première compagnie à rallier par voie aérienne le Nord de l’Espagne», souligne fièrement la cheffe des ventes. De son côté, l’équipe marocaine, formée par les responsables de l’office, a enchaîné les réunions depuis le coup d’envoi de la 37e édition du FITUR. Tour-opérateurs, compagnies aériennes et agences de voyage online se sont réunis avec les représentants de l’ONMT au pavillon national. L’ONMT multiplie les avances à l’adresse des compagnies aériennes opérant au Maroc. «Nous espérons rouvrir la ligne Valence-Marrakech et celle de Santander-Marrakech», souligne Mohammed Soufi.

L’ONMT cible bien évidemment les lignes rentables afin d’éviter la frustration liée à la fermeture d’une desserte après une ouverture en grande pompe. À souligner qu’en marge du salon, un cocktail de networking sera organisé ce soir jeudi au profit des professionnels espagnols et marocains. L’ONMT compte aussi rendre hommage à ses meilleurs partenaires. C’est de la sorte que des trophées seront attribués aux partenaires œuvrant pour la promotion de la destination nationale.

À la reconquête de l’Andalousie

Ouvert depuis quelques années, le bureau de l’ONMT à Torremolinos, dans la région de la Costa Del Sol, devrait être ressuscité. Géré auparavant à partir de l’antenne madrilène, la gestion de cette représentation régionale sera désormais confiée à un cadre de la maison. Cette mission a été assignée à Azzedine Bijjou, qui prendra ses fonctions le 1er février dans le but de dynamiser la présence marocaine dans cette région. «Notre stratégie reposera sur un échange de services entre le royaume et la région andalouse. Étant donné l’intérêt pour l’Andalousie -et spécialement pour la Costa Del Sol- du touriste marocain, nous avons proposé aux autorités compétentes de travailler ensemble pour la réalisation de nos objectifs respectifs». L’idée de Bijjou est de tirer profiter du savoir-faire et des outils dont disposent déjà la région en matière de tourisme, afin d’atteindre la cible que lorgne le Maroc. Une convention sera préparée et signée par la suite par le prochain ministre de tutelle. Le bureau de Torremolinos organisera des workshops et des ateliers au profit des professionnels de la région désireux de séduire la clientèle marocaine. En contrepartie, la destination mettra au service de l’ONMT les moyens à même de faire connaître la destination Maroc auprès du touriste espagnol ou de celui étranger, de passage dans la région.

Related Post

Leave us a comment

logged inYou must be to post a comment.