MAROC-FRANCE : LA FORMATION PROFESSIONNELLE HISSÉE EN PARTENARIAT STRATÉGIQUE

Par Mostafa Bentak

Une déclaration d’intention a été signée entre les ministres de l’Emploi marocain et français  pour définir les domaines de partenariat. Les discussion entre Abdeslam Seddiki et Myriam El Khomri ont également porté sur la situation des Français travaillant sous contrat au Maroc. 

Myriam El Khomri, ministre française du Travail, de l’emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social, est en déplacement officiel au Maroc, à Rabat et à Tanger, les 2 et 3 février. Une visite de grande importance dans la mesure où elle met l’accent sur la formation professionnelle, une priorité pour le Maroc dans le cadre surtout des métiers mondiaux et de l’automobile en particulier.

Dans ce contexte, la visite d’El Khomri vise à développer la coopération franco-marocaine au service de la formation professionnelle et de l’emploi. C’est d’autant plus important aujourd’hui que le Maroc vient de mettre en place une nouvelle stratégie de formation professionnelle basée sur l’excellence et la diversification des filières techniques et industrielles. Hier à Rabat, les échanges de la ministre avec son homologue marocain, Abdeslam Seddiki, ont porté sur les perspectives de développement de la coopération franco-marocaine, mais aussi sur la situation des salariés français embauchés sous «contrat de travail d’étranger» au Maroc.

Les deux ministres ont signé une déclaration d’intention qui précise les domaines de coopération retenus pour les années à venir en matière de travail, d’emploi et de promotion de la santé et de la sécurité au travail. À Melhoussa, près de Tanger, El Khomri visitera aujourd’hui l’Institut de formation aux métiers de l’industrie automobile de Tanger (IFMIA). Inauguré en 2011, cet Institut est financé par un prêt de l’Agence française de développement (AFD) et fonctionne dans le cadre d’un partenariat public-privé. Sa gestion a été confiée à l’entreprise Renault Maroc, qui emploie près de 8.000 personnes dans son usine de Tanger. Dernière étape, la ministre française participera au centenaire de l’École Adrien Berchet, l’une des deux écoles primaires du réseau d’enseignement français à Tanger. La ministre, qui avait suivi la scolarité de cet établissement entre 1981 et 1987, est la marraine de cet évènement, le parrain est Youssef Amrani, chargé de mission au cabinet royal. Fondée en 1917, l’école Berchet porte le nom d’un ancien instituteur public à Tanger et aviateur français.

Source : www.leseco.ma

Related Post

Leave us a comment

logged inYou must be to post a comment.