TangerMed II: Dernières retouches avant le démarrage

L’extension du port TangerMed se prépare à entrer en service. La dernière retouche concerne les bâtiments administratifs. La société en charge de l’aménagement de TangerMed II, TM2SA, vient de lancer un appel d’offres pour la mise en place des bâtiments administratifs de cette extension. Ils s’étendront sur un total de 2.700 m2 et accueilleront dès leur entrée en service les sièges de différents services comme le pilotage, la capitainerie et la maintenance. L’investissement total atteindra les 20 millions de DH.

Au niveau des quais, celui d’APM est quasi finalisé. Ce dernier est long de 1.200 m et dispose de 12 grues ultramodernes dont les dernières sont arrivées en décembre. Le port vient de recevoir l’équipement de camions et de cavaliers destinés à la manutention des conteneurs sur le quai.

Cette disposition permet à APM de disposer d’une grande flexibilité pour la gestion de son quai, qui sera réalisée à partir d’un centre de pilotage, véritable QG pour le commandement de l’ensemble du quai, de ses grues et de ses cavaliers, avec en prime un gain important en matière de temps. Un souci d’autant plus pressant que la capacité des porte-conteneurs ne cesse de grandir.

Actuellement, les plus grands bateaux affichent des capacités de près de 22.000 conteneurs standards, des bâtiments que TangerMed II peut accueillir sans problème. Mais avec les grues de la génération précédente qui affichent une moyenne de 24 mouvements par heure, le temps d’escale pourrait trop s’allonger.

Les nouvelles grues permettront de le réduire. De type double, elles seront capables d’effectuer deux opérations en même temps et atteindre une moyenne de 40 mouvements par heure. Les systèmes d’aide permettent aussi un meilleur traitement et une réduction des risques, la sécurité étant l’un des principaux soucis de l’opérateur portuaire.

Au niveau ergonomique, les opérateurs de cette grue seront gâtés. Dans la génération précédente, la position de travail était peu confortable, l’opérateur était perché à 65 mètres de haut avec la tête penchée vers le bas avec de nombreux problèmes de santé et de torticolis et l’obligation de shifts de travail plus courts, un inconvénient éliminé avec les nouvelles grues.

Ali ABJIOU

Source : L’Economiste

Related Post

thumbnail
hover

Fiscalité : OBG prépare un rapport...

Oxfo...

thumbnail
hover

L’Oasis Festival affiche son programme

Les amoureux...

Leave us a comment

logged inYou must be to post a comment.