Chercher
Publier une entreprise Se connecter
Presse ibérique : Le Maroc, nouvelle star du tourisme mondial

Presse ibérique : Le Maroc, nouvelle star du tourisme mondial

Le Maroc n’est plus seulement une destination émergente ; il rivalise désormais avec les plus grandes destinations touristiques mondiales. Avec son charme unique et ses paysages époustouflants, le pays attire des touristes du monde entier. La presse ibérique reconnaît l’attrait irrésistible du Maroc malgré la concurrence intense. “Son patrimoine historique et culturel est aussi spectaculaire que particulier. Nous sommes nombreux à avoir un faible pour visiter souvent le Maroc voisin. Si différent et si semblable, à bien des égards, à nous. Ses influences amazighes, arabes et européennes forment un mélange très intéressant à voir et à vivre,” admire avec un brin de jalousie la presse espagnole. Selon le site d’information espagnol Huffpost, l’engouement des touristes pour le Maroc est remarquable : “De la fantastique médina de Marrakech, à l’atmosphère des souks répartis dans les villes ou à la Kasbah des Oudayas à Rabat. Et c’est sans parler de sa nature variée. Ces attraits, ainsi que les efforts que font leurs autorités pour mettre en avant la visibilité de leurs richesses, récoltent déjà les premiers fruits.” Croissance du Tourisme en 2024 Au cours des six premiers mois de 2024, le nombre de touristes étrangers visitant le Maroc a augmenté de 14 %, atteignant 7,4 millions, selon le ministère du Tourisme, de l’Artisanat et de l’Économie sociale et solidaire. En avril, le pays a accueilli plus de 1,3 million de touristes, soit une augmentation de 17 % par rapport à avril 2023. La ministre du Tourisme, Fatim-Zahra Ammor, qualifie ces résultats de réussite et voit des perspectives prometteuses pour la saison estivale et l’année entière. Elle prévoit que le pays accueillera environ 15,5 millions de touristes d’ici la fin de 2024. “Nous poursuivons les programmes de notre feuille de route touristique, en renforçant nos efforts avec tous les partenaires, ainsi que notre coopération avec les agents professionnels pour obtenir des résultats plus positifs,” a déclaré Ammor. Objectifs Futurs En 2023, les revenus du secteur touristique marocain ont dépassé pour la première fois la barre des 9 milliards d’euros, avec 14,5 millions de touristes. Le Maroc vise à attirer 17,5 millions de touristes d’ici 2026. Pour atteindre cet objectif, le pays mise sur l’organisation de grands événements sportifs et conférences internationales, comme la Coupe d’Afrique en 2025 et la Coupe du Monde de la FIFA en 2030, qu’il co-hébergera avec l’Espagne et le Portugal. Le Maroc se positionne fermement comme une destination de choix sur la scène touristique mondiale. Avec des stratégies bien définies et des initiatives continues pour promouvoir ses richesses culturelles et naturelles, le pays est en bonne voie pour atteindre ses objectifs ambitieux et continuer d’attirer un nombre croissant de visiteurs internationaux.

La Culture Marocaine : Le Caftan et son Inscription à l'UNESCO

La Culture Marocaine : Le Caftan et son Inscription à l’UNESCO

Le caftan marocain, emblème de l’élégance et de la tradition, est un trésor national qui incarne l’âme culturelle du Maroc. Récemment, ce vêtement iconique a franchi une nouvelle étape en étant inscrit sur la liste du patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO. Cette reconnaissance internationale met en lumière la richesse et la diversité du patrimoine marocain. Origines et Évolution du Caftan Marocain Le caftan marocain trouve ses racines dans les influences andalouses, ottomanes et orientales, datant de l’époque des dynasties médiévales au Maroc. Au fil des siècles, il a évolué, passant d’une tenue portée par les hommes de la cour à un vêtement féminin symbolisant la grâce et la sophistication. Chaque région du Maroc a apporté sa propre touche au caftan, enrichissant sa diversité et sa beauté. Les Caractéristiques du Caftan Le caftan marocain est connu pour ses broderies minutieuses, ses motifs géométriques et floraux, et l’utilisation de tissus luxueux tels que la soie, le velours et le satin. Les couleurs vives et les ornements en or ou en argent ajoutent une touche royale. Les artisans marocains perpétuent un savoir-faire ancestral, rendant chaque caftan unique et précieux. Signification Culturelle et Symbolisme Le caftan n’est pas seulement un vêtement de fête ; il est porteur de significations profondes. Porté lors de mariages, de cérémonies religieuses et d’autres occasions spéciales, il symbolise le patrimoine, l’identité culturelle et les valeurs marocaines. Les motifs et broderies sont souvent porteurs de symboles de protection, de prospérité et de beauté. Inscription à l’UNESCO L’inscription du caftan marocain sur la liste du patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO en 2023 est une reconnaissance de son importance culturelle et de sa valeur universelle. Cette inscription vise à protéger et à promouvoir cet art traditionnel, en sensibilisant le monde à la richesse du patrimoine marocain et en soutenant les artisans locaux. Préservation et Promotion La reconnaissance par l’UNESCO encourage les initiatives de préservation et de promotion du caftan. Des événements culturels, des expositions et des programmes éducatifs sont organisés pour transmettre le savoir-faire aux jeunes générations et pour célébrer cet héritage. Les artisans marocains, avec le soutien des autorités, continuent d’innover tout en respectant les traditions, assurant ainsi la pérennité du caftan. Le Caftan dans la Mode Moderne Le caftan marocain continue de briller sur les scènes internationales de la mode. Des créateurs contemporains réinterprètent ce vêtement traditionnel, fusionnant modernité et tradition. Des défilés de mode prestigieux aux tapis rouges, le caftan marocain est célébré pour son élégance intemporelle et son allure majestueuse. Le caftan marocain, véritable joyau du patrimoine culturel du Maroc, a gagné une reconnaissance internationale méritée avec son inscription à l’UNESCO. Cette distinction souligne la richesse culturelle et l’héritage du Maroc, tout en assurant la protection et la promotion de cet art unique pour les générations futures. Le caftan marocain demeure un symbole de l’élégance, du raffinement et de l’identité culturelle du Royaume.

Le Grand Stade de Casablanca : L'Expression de la Culture Marocaine

Le Grand Stade de Casablanca : L’Expression de la Culture Marocaine

Le Maroc se lance dans un projet monumental avec la construction du Grand Stade de Casablanca, visant à accueillir la Coupe du Monde 2030. Situé dans la province de Benslimane, à 38 km au nord de Casablanca, ce stade sera le plus grand au monde avec une capacité de 115 000 places. Sa conception, inspirée de la culture marocaine, symbolise un tournant majeur pour le pays dans le domaine du football international. Un Projet Pharaonique Avec un budget de 5 milliards de dirhams, le Grand Stade de Casablanca représente un investissement significatif pour le Maroc. Ce projet s’inscrit dans la vision de Sa Majesté le Roi Mohammed VI de développer les infrastructures sportives du pays. Conçu pour répondre aux normes de la FIFA, le stade pourra accueillir les plus grandes compétitions internationales, dont la Coupe du Monde 2030. Une Conception Ancrée dans la Culture Marocaine Le stade, sous forme de Moussem (une tente traditionnelle marocaine), incarne l’hospitalité marocaine et respecte la nature environnante. Il s’agit d’un espace généreux, ouvert sur le monde, qui puise son inspiration dans les traditions marocaines. La conception est réalisée par un consortium dirigé par l’architecte marocain Tarik Oualalou et Populous, une entreprise renommée ayant conçu des stades emblématiques tels que Wembley et l’Emirates Stadium. Emplacement Stratégique Le stade sera construit sur un vaste terrain de 100 hectares dans la commune de Mansouria, à proximité de l’aéroport de Benslimane. Cette localisation stratégique, entre Casablanca et Mohammedia, offre un accès facile pour les spectateurs et les officiels. Le complexe sportif comprendra non seulement le stade, mais aussi des installations annexes telles que des terrains d’entraînement, des zones de stationnement et des locaux pour les médias et les officiels. Un Atout pour le Soft Power Marocain En tant que pays organisateur aux côtés de l’Espagne et du Portugal pour le Mondial 2030, le Maroc vise à renforcer son soft power footballistique. Le Grand Stade de Casablanca, avec sa capacité monumentale et son architecture innovante, redéfinira les normes des infrastructures sportives en Afrique. Il deviendra un symbole de la future ère du football marocain. Le Grand Stade de Casablanca n’est pas seulement une infrastructure sportive ; c’est une expression de la culture marocaine et de l’hospitalité du pays. Avec ce projet ambitieux, le Maroc se positionne comme un acteur majeur sur la scène du football international, prêt à accueillir les plus grandes compétitions et à offrir une expérience inoubliable aux spectateurs du monde entier.

salon du livre rabat 2023

Découvrez l’univers littéraire envoûtant du SIEL à Rabat : rencontres, débats enflammés et découvertes captivantes !

Bienvenue à la 28e édition du Salon international de l’édition et du livre (SIEL), qui débutera le vendredi 2 juin. Pendant 10 jours, les visiteurs auront l’occasion de rencontrer des auteurs marocains et internationaux sur le site de l’OLM Souissi. Au programme, des tables rondes, des séances de dédicaces, des rencontres, des ateliers et bien plus encore. Le pavillon du ministère de la Culture accueillera, le 2 juin à 11 h, Zakya Daoud (Maroc), Annie Ferret (France) et Catherine Pont-Humb (France) pour discuter du rôle de la littérature dans le débat d’idées. À la même heure, dans la salle les Oudaïas, une autre rencontre intitulée «L’écriture comme réaction esthétique» se tiendra avec Paul Kawczak (France-Québec) et Sébastien Pilote (Québec-Canada). Toujours lors de cette première journée du SIEL, à 15 h, l’espace professionnel abritera un débat sur «L’édition comme résistance nécessaire à la création et à la pensée». Mylène Bouchard (Québec-Canada), Charlotte Francoeur (Québec-Canada) et Ghizlaine Chraïbi (Maroc) discuteront des obstacles auxquels les auteurs font face. Ils évoqueront les collaborations entre écrivains et maisons d’édition, ainsi que les méthodes de travail éditorial au Québec et au Maroc. À 18 h, le pavillon du ministère réunira Houda Benmansour (Maroc), Hamadou Baba (Cameroun) et Amadou Lamine Sall (Sénégal) pour un débat sur «L’oralité, société et modernités africaines dans l’œuvre littéraire». Le SIEL sera également l’occasion de découvrir de nouvelles parutions. Le 2 juin, entre 17 h et 18 h, l’écrivain Mohammed Berrada sera présent à la salle Ribat Al Fath. Il est invité dans le cadre du programme «Massarate» (Parcours) pour célébrer la sortie d’une anthologie consacrée à son œuvre. Mettant l’Afrique à l’honneur, le SIEL accueillera plusieurs écrivains d’Afrique subsaharienne, dont le Togolais Sami Tchak. Ce sera l’opportunité d’échanger avec lui, lauréat du quatorzième Prix Ivoire pour la littérature africaine d’expression francophone, à propos de son livre «Le continent du tout et du presque rien», paru en 2021. Parmi les nouvelles parutions présentées le 2 juin, ne manquez pas «Canción de antiguos amantes» de la Colombienne Laura Restrepo (de 17 h 30 à 18 h 30 au Stand Amérique latine). De plus, à 15 h, le pavillon du Québec, invité d’honneur de cette édition, organisera un entretien avec Éric Chacour autour de son roman «Ce que je sais de toi», publié aux Éditions Alto. Ce premier roman de l’auteur, né à Montréal de parents égyptiens, a reçu des éloges de la critique et du public depuis sa parution. Il relate une histoire familiale poignante entre Le Caire et Montréal. Un autre moment fort de cette première journée du SIEL sera la présentation du livre «Éloge des fusions» en présence des auteurs, accompagnés de S.E. Mme Nell Stewart (Ambassadrice du Canada au Maroc), Myriam Paquette-côté (directrice du bureau de Québec au Maroc), Kamal Benkirane (Maroc-Québec, Canada) et Driss El Yazami (Maroc). Au cours du siècle dernier, les migrations marocaines se sont étendues à l’Europe méridionale (notamment l’Espagne et l’Italie) et aux pays du Golfe, tout en continuant à se développer en Amérique du Nord. Bien que cette évocation soit schématique et incomplète, elle rappelle l’ancienneté des relations entre le Maroc et le Québec, dont la dimension humaine est l’une des manifestations essentielles. «Éloge des fusions» témoigne de la diversité et de la densité de ces relations humaines, ainsi que de leur dimension institutionnelle officielle, actée il y a soixante ans. Pour célébrer cet anniversaire, vingt-sept auteurs et autrices, québécois d’origine marocaine, québécois ayant rencontré le Maroc et Marocains vivant au Maroc, unissent leurs voix pour porter, chacun à leur manière, un regard particulier sur l’un ou l’autre des deux pays.

Le festival de la poésie africaine

Rabat accueille du 5 au 7 mai le festival de la poésie africaine

Le ministère de la Jeunesse, de la Culture et de la Communication, en collaboration avec la Maison de la poésie au Maroc, organise la première édition du Festival de la poésie africaine du 5 au 7 mai à Rabat. Cet événement fait partie de la célébration de Rabat en tant que capitale de la culture africaine. Le festival se tiendra dans divers espaces culturels et artistiques de la ville et a pour objectif de mettre en valeur la diversité et la beauté de la poésie africaine, ainsi que de célébrer les grands noms et les voix qui s’expriment dans différentes langues avec des visions et des sensibilités variées. Selon un communiqué du ministère, cette initiative vise à faire connaître la richesse de la poésie africaine et à encourager son développement.

Gad El Maleh en tournée dans trois villes du Maroc à partir du 29 Janvier

Le comédien, humoriste et réalisateur Gad Elmaleh sera en tournée à partir du 29 janvier 2023 dans trois villes du Maroc. Il commencera par Casablanca, sa ville de cœur qui l’a vu naître il y a 50 ans, avec deux dates au Studio des Arts Vivants. L’information a failli passer inaperçue. Aucune trace ni sur les réseaux sociaux ni sur les plateformes marocaines de billetterie. Et pourtant le comédien, humoriste et réalisateur Gad Elmaleh, très apprécié au Maroc, va bel et bien y présenter son dernier one-man-show intitulé «D’ailleurs». C’est ce que révèle une affiche 4/3 vue dans un quartier de Casablanca. En tout, 5 dates à retenir: le 29 et le 30 janvier au Studio des Arts Vivants de Casablanca, sa ville de cœur où il est né en 1971 et où les prix des billets seront moins coûteux, le 31 janvier au Théâtre Mohammed V à Rabat, les 3 et 4 février au Palais des congrès de Marrakech.

Rétro 2022. Rabat, La ville aux mille cultures

La ville de Rabat vit au rythme d’un essor sans précédent impulsé par l’ambitieux programme «Rabat ville lumière, capitale marocaine de la culture», qui en a fait un énorme chantier de développement à ciel ouvert susceptible d’insuffler une nouvelle dynamique socio-économique à la région. De nos jours, Rabat détonne par sa créativité, son ambiance et la multiplicité de ses activités culturelles et artistiques, dans le droit fil de la vision royale du développement du tissu urbain selon une démarche cohérente et équilibrée, en harmonie avec les aspirations des populations. Preuve de son attractivité, la célébration tout au long de l’année 2022 de Rabat, capitale de la culture dans le monde islamique. Une célébration qui s’inscrit dans le cadre du programme de l’ICESCO pour les capitales de la culture dans le monde islamique. Un grand nombre de programmes et d’activités ont été au menu pour mettre en valeur le statut civilisationnel de la capitale des lumières, et le patrimoine culturel matériel et immatériel dont elle regorge. Une telle célébration s’est aussi démarquée par l’organisation de moult activités culturelles, littéraires et artistiques, dont les grands concerts de la ville de Rabat qui ont attiré environ 520.000 spectateurs et le festival Jazz au Chellah qui a signé son grand retour avec des performances artistiques uniques et des retrouvailles mémorables. S’y ajoutent la 27ème édition du Salon international de l’édition et du livre et Gnaoua Festival Tour qui a fini sa tournée en beauté dans la capitale, en plus de l’exposition et du Musée de la Sîra du Prophète et de la civilisation islamique à Al Madinah Al-Munawwarah. L’ambition est de permettre au grand public de redécouvrir la capitale des lumières à travers différents regards artistiques et culturels, afin de renforcer l’image de la terre de la tolérance et des différences, et de contribuer au renforcement de l’ouverture aux différentes cultures et populations du monde. Ville de la convergence des cultures, Rabat a également été sélectionnée en tant que première capitale de la culture africaine 2022, une occasion de mettre en valeur la richesse et la diversité de la culture africaine, avec ses composantes matérielles et immatérielles, à travers une programmation culturelle, artistique et patrimoniale diversifiée. Ainsi, plus de 86 évènements ont été programmés dans la ville jusqu’en mai 2023 pour promouvoir la richesse et la diversité des cultures du continent africain. Des artistes et acteurs culturels venus des quatre coins du continent ont été mis à l’honneur lors de cette manifestation qui vise à promouvoir la création, le dialogue et la tolérance entre les territoires.

Le salon international de l’édition et du livre se tiendra à nouveau à Rabat, en juin 2023

L’édition 2023 du Salon international de l’édition et du livre aura lieu à Rabat. Pour la deuxième année consécutive, le SIEL s’installe dans la capitale du Maroc, qui va accueillir cette grand-messe du livre du 1er au 11 juin prochain, selon les premières indiscrétions. Le Salon international de l’édition et du livre se tiendra une fois encore à Rabat. Finie donc la polémique de l’an dernier lorsque plusieurs professionnels du livre ont contesté le transfert du SIEL de son cadre historique de Casablanca vers Rabat. Il semble que beaucoup aient changé d’avis après avoir constaté que l’organisation et le choix du lieu étaient bien mieux adaptés. «A Rabat, le Salon est mieux organisé. Le bâtiment de la Foire de Casablanca est délabré…», explique une éditrice dans une déclaration pour Le360. Aux dernières nouvelles, l’édition 2023 du Salon international de l’édition et du livre aura lieu du 1er au 11 juin. Une date qui coïnciderait avec l’organisation de deux autres évènements livresques, à savoir Littératures itinérantes, et le Salon international de l’édition et du livre de Tanger organisé par l’Institut français du Maroc. L’occasion peut-être de réfléchir à une synergie entre les trois messes du livre et de co-programmer des évènements parallèles en marge du SIEL.

theatre_national_med5

Plusieurs pièces de théâtre sur les planches de Rabat dès vendredi

8ème Festival international des écoles supérieures d’art dramatique jusqu’au 9 novembre La 8ème édition du Festival international des écoles supérieures d’art dramatique (FIESAD) se tiendra, sous le Haut patronage de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, du 4 au 9 novembre à Rabat. Les dates sont précisées par l’Association Issil pour le théâtre et l’animation culturelle qui organise cette édition en collaboration avec le ministère de la culture, de la jeunesse et de la communication, le Théâtre national Mohammed V, l’Université Mohammed V et l’Office national marocain du tourisme. «Une dizaine de pièces de théâtre présentées par des écoles supérieures d’art dramatique de plusieurs pays participe au festival en 2022», détaille l’association. Il s’agit de l’Académie de Théâtre August Everding à Munich (Allemagne), l’Institut national supérieur des arts et de l’action culturelle d’Abidjan (Côte d’Ivoire), l’Académie des arts du Caire (Egypte), la Royale école supérieure d’art dramatique de Madrid (Espagne), l’Institut supérieur des arts Mory Kantede Dubréka (Guinée), l’Académie de théâtre de Rome Sofia Amendolea (Italie), la Faculté des langues, lettres et arts de Kénitra (Maroc), l’Université des Arts d’Utrecht (Pays-Bas)et l’Académie de théâtre Dimitri de l’Université du Sud de la Suisse à Verscio (Suisse). Mieux encore, cette année, cet événement artistique et interculturel international qui fait partie du programme «Rabat Capitale africaine de la culture», reprend, suite aux deux éditions digitales organisées en 2020 et 2021 à cause du contexte extraordinaire de la crise sanitaire mondiale, «avec force sa présence dans le panorama culturel de la capitale du Royaume en proposant une riche programmation sur différentes scènes de la ville». Dans ce sens, Issil énumère le Théâtre national Mohammed V où l’ouverture de la 8ème édition du FIESAD aura lieu le vendredi 4 novembre à 19h à la salle Bahnini et l’Université Mohammed V. Article Source : Aujourd’hui le Maroc

Rabat Festival Jassad

Rabat Festival : « Jassad »

La ville de Rabat, capitale africaine de la Culture 2022, accueillera la première édition de l’événement «Jassad» les 25 et 30 octobre. Il s’agit de la première édition du Festival International des réalisatrices, organisé à l’initiative conjointe des groupes « Aquarium » et « Anfas », avec la participation de sept pays : Maroc, Tunisie, Liban, Espagne, France, Danemark et Roumanie. Le programme du festival, qui est réparti sur les espaces du Théâtre National Mohammed V, de la Salle Bahnini, la Salle Gérard Philippe et du Musée Mohammed VI d’art moderne et contemporain, comprend une gamme de représentations théâtrales, une « master class », un séminaire intellectuel, une table-ronde, des discussions, des concerts d’honneur et des rencontres artistiques. L’idée originale du festival est partie de la question de la condition de la femme dans le domaine des arts de la scène, en particulier dans le domaine de la mise en scène théâtrale. Le plus important de ses principaux objectifs est de promouvoir une culture de reconnaissance des femmes créatives sur la scène culturelle et artistique, à l’intérieur et à l’extérieur du Maroc, où le nombre de metteures en scène de théâtre est encore rare, car leur développement se heurte souvent à un plafond de verre, ce qui incite nombre d’entre elles à diversifier les activités artistiques, d’où l’importance de créer des espaces et des initiatives qui mettent davantage en valeur les femmes dans le domaine, afin de construire ensemble et de réfléchir aux questions de développement professionnel des compétences des femmes dans le théâtre, selon un communiqué de presse. Source : L’opinion